[ Devenez membre | Connexion

Annuaire Culturel

photo (2)

Hubert Agostini Artiste Peintre à Marseille (Bouches du rhone)

1 avis

Listé dans Peintres

Contacter l'artiste

Contacter l'artiste

Contactez directement l'annonceur



Hubert Agostini est né le 7 décembre 1935 à Marseille de parents natifs de Zonza en Corse du Sud. Son enfance et sa jeunesse se passe dans le plus ancien quartier de la vieille cité phocéenne où la famille habite rue Servian juste derrière l’Hôtel de Ville. C’est là qu’il a ses premières joies ensoleillées, complétées aux grandes vacances par l’émerveillement du paysage insulaire
« Je me souviens de grandes pièces ensoleillées par des fenêtres aux carreaux rouges. De la terrasse surplombant le Port, les bateaux, le fort, le phare, la mer… tant de clichés gravés dans ma mémoire et si doux à caresser »
Hubert AgostiniDe 1935 à 1943 sa famille vit à Marseille puis s’installe à Cabriès, petit village provençal, dans une atmosphère purement Corse avec ses principes, ses silences et ses regards auxquels se confond un réel amour de la nature.
Dans cette maison, solitaire, le jeune Hubert s’imprégnait, des heures durant des couleurs, des odeurs, des huleurs de la vie qui courait autour de lui sans jamais le toucher vraiment. Le lycée arrivant, les Beaux-Arts qui suivaient, le jeune Hubert peaufine ses dessins d’enfant avec passion, comme ce qu’il fait d’ailleurs; ses études d’architecture et l’apprentissage aux Beaux Arts sous la dictée de Simone Tay en dessin. Poggioli en histoire de l’Art antique…
« J’ai fait des études très classiques, c’est vrai, mais je garde le souvenir de relations très libres de maîtres à élèves, je dirai même amicales mélées d’un grand respect surtout vis à vis de Frédéric Canepa « un gros chien qui aboyait mais ne mordait pas » selon ses élèves.
C’est alors que l’Ecole Nationale d’Architecture lui ouvrait les bras, après y avoir fait de longues études, qu’il sentit que l’univers de la peinture lui souriait
« Les Beaux Arts apprennent énormément mais c’est loin d’être suffisant »

Naissance d’un style…

« L’état d’esprit où l’on invente est bien supérieur à l’état d’esprit où l’on observe ». Cette remarque de Proust est la réalité interne du monde visible pour Agostini. Il a su la discerner et l’intégrer très tôt dans son style. De son travail appliqué aux Beaux Arts rien ne subsiste sauf, sans doute, la sureté du trait, l’harmonie et l’équilibre des compositions. Le dessin doit être la Bible du peintre, comme le solfège est celle du musicien
D’où lui vient son talent, son style? Sa prime jeunesse corse a laissé en lui une imprégnation chromatique mentale. Il faut connaître cette région tourmentée de la Corse du Sud, ce pays de l’Ospétale, de Zonza et de Quenza, pour comprendre combien la violence des bleus du ciel et de la mer proche, la verdeur pétillante des massifs forestiers, la profondeur épaisse des sous-bois peut contribuer à meubler de couleurs fortes un esprit en formation. Le fameux tryptique d’or où Cézanne entendait structurer les sensations. Traite la nature, disait-il, par le cylindre, la sphère, le cône, le tout mis en prespective

Un romantisme structuré

Au surréaliseme des grands anciens tels Delaunay, Gleizes, Grommaire, Cézanne ou Léger, Hubert Agostini préfère un romantisme structuré où la progression rythmique se développe par introductions et superpositions de format. Encore que leurs tableaux n’aient que peu de parenté visible on ne peut par exmple nier que la démarche de Braque et celle d’Agostini aient un identique dénominateur commun.

 

Interview d’Hubert AGOSTINI : Cliquez ici !

Voir son reportage

ESPACE PRESSE HUBERT AGOSTINI ARTISTE PEINTRE

Laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée. (* champ obligatoire)

*