[ Devenez membre | Connexion

Annuaire Culturel

Blog

Actualité kelexpo ….un nouveau site dédié aux artistes pour fin 2015 .

0

Après une première année très riche et dynamique, l’équipe de Kelexpo s’apprête à lancer la v2 du site www.kelexpo.com. Une toute nouvelle interface avec de nouveaux services pour les artistes peintres , les sculpteurs, les photographes….mais aussi pour les galeries  et les organisateurs de salons ou autres évènements.

L’inscription et l’annonce des évènements resteront toujours gratuits pour les artistes , mais d’autres fonctionnalités feront du nouveau kelexpo un outil encore plus intuitif au service des professionnels et amateurs d’art. (suite…)

27/07/2015 |

Interview de l’artiste peintre Juliane SCHACK à Saint Tropez (var)

1
juliane-shack-artiste-peintre-saint-tropez-kelexpo-annuaire-ramatuelle-1

Pour voir le fiche de Juliane SCHACK : Cliquez ici.

 

1/ A quel moment et quelles motivations vous ont conduit à la peinture ?

j’ai toujours aimé dessiner et peindre et déjà au cours préparatoire, je me suis fait remarquer par mes couleurs. Après, j’ai un peu perdu cette vocation car je me suis intéressée également aux sciences puis après le bac très vite je suis allée au beaux arts, en France à Dijon puis à Paris. Mais mon père a dit « peindre, ce n’est pas un métier, il faut d’abord un vrai métier ». J’ai donc fait le professorat de dessin , ce qui m’apporté de multiples approches. Je n’ai jamais regretté ces études car j’aime aussi tout ce qui touche à la pédagogie. J’ai ainsi animé beaucoup de stages, j’ai travaillé avec des adultes et des enfants. malgré tout, la peinture est toujours restée présente et essentielle.
2/ Quel médium utilisez-vous et dans quelle « catégorie » positionnez-vous votre art ?
je peints depuis longtemps à l’acrylique car cela sèche vite. L’huile demande trop de tps et comme je travaille avec des superposition, il fallait que la phase séchage se fasse plus vite. Malgré tout, j’ai essayé d’autres médium comme l’aquarelle, des gravures, beaucoup de croquis et de dessins jusqu’à l’apparition de l’acrylique. Je varie les techniques avec d’autres matières, des collages, des transparences etc. je fais beaucoup d’essais. Mais la technique n’est pas l’essentiel. Ce qui est essentiel pour le peintre est le ressenti. C’est la base. il faut une émotion à transmettre. En d’autres termes, ce qui compte, c’est l’intensité de la vie. On en peut pas dire « aujourd’hui, je vais faire un tableau « triste » ou « joyeux ». Il faut être brancher avec son intérieur, avec ce que l’on ressent et puis peindre et voir ce que cela va donner. Les ressentis sont toute la Vie, quand on est triste, quand il y a des événements chocs, les joies et les voyages. Pour ma part, mon premier voyage en avion a été un déclic. J’ai été frappé par les paysages vus du ciel qui étaient comme des peintures abstraites. J’ai alors dessiné sans arrêt et cela a donné beaucoup de peintures. j’ai des masses de carnets de croquis, car je ne pense pas que l’on puisse faire de l’abstrait sans savoir dessiner. j’ai toujours fait des dessins d’observation, mais maintenant, comme je possède mon métier car je suis un « vieux » peintre, je fais immédiatement des rythmes et passe directement à l’abstraction.
Je ne positionne pas mon art dans une quelconque catégorie car je suis encore aujourd’hui en permanente recherche. j’ai bien entendu traversé plusieurs périodes. Mais avant, je n’avais pas accès à la peinture moderne ayant grandi sous la dictature allemande. A cette époque, tout était interdit. J’ai vu ma première exposition impressionnisme autour de 18 ou 19 ans, après la guerre, et cela a été une révélation. Les grands peintres, nous ont donné une nouvelle vision de la réalité, ils l’ont élargi.
Que ressentez-vous quand une toile est terminée ?
C’est très difficile de déterminer quand une toile est terminée, de dire stop, au risque de continuer et de l’abimer. C’est toujours une difficile décision à prendre.
3/ Etes-vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ?

j’ai suivi des études. Je ne crois pas trop à l’autodidacte. Je pense qu’un artiste est également un artisan, et il doit posséder son métier. Et quand on ne sait pas dessiner un nu ou un paysage cela donne des formules toutes faites et pour éviter cela, il faut apprendre des techniques. Ce qui est le plus difficile c’est avoir la créativité dans le regard, le regard qui découvre, c’est la traduction des choses que l’on observe. On doit faire abstraction de leur utilité. Je vois une chaise, mais en fait je vois des carrés, des horizontales et des verticales, j’oublie finalement l’utilité, c’est comme ça que l’on trouve des formes.
Je ne pense pas non plus que suivre une formation nous incite, nous place dans un moule. Quand on est jeune, on ne pense pas à cela, on se sent fort et on va se libérer. A mes début, j’étais une élève sage ce qui m’a porté préjudice. Les beaux arts de Düsseldorf ne m’ont d’ailleurs pas accepté à cause de cette sagesse. mais j’avais aucune idée de l’art moderne, je ne le comprenais pas, et je me demandais pourquoi les grands artistes déformaient « la réalité qui est si belle ». cela m’a pris donc beaucoup de temps à me mettre dans mon époque, à me mettre dans l’impressionnisme. Par la suite, je dois dire que je n’ai plus été sage. j’étais avant-gardiste, j’étais hippie avant les hippies,; j’ai traversé la France en vélo avant que cela se fasse, j’ai eu un enfant sans être mariée dans les années 57. Alors bon sage… en peinture, je suis toujours à la recherche du mieux, alors on aspire à une perfection jamais atteinte, il faut toujours recommencer et essayer… (suite…)

10/07/2015 |

Interview de l’artiste peintre Gerard GRALLIE à Carpentras (Vaucluse)

0
gerard-grallie-artiste-peintre-carpentras-annuaire-kelexpo-18

Pour voir la fiche de Gerard GRALLIE : Cliquez ici.

 

-A quel moment & quelles motivations vous ont conduit à la peinture ?


J’ai commencé à peindre voici une quinzaine d’années, en découvrant tout simplement que j’en étais capable.

-Quel médium utilisez-vous et dans quelle « catégorie » positionnez-vous votre art ?

J’utilise uniquement l’acrylique verni. Mes thèmes sont axés essentiellement sur le passé, toutes catégories confondues : paysages, villages historiques, anciens, scènes de rue, d’intérieurs, illustrations de contes, portraits…, avec un souci constant du petit détail, de la précision extrême.

-Êtes- vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ?

Je suis autodidacte, à part entière.



-Votre tendance picturale actuelle est-elle identique à celle de vos débuts ou bien avez vous connu une réelle ‘mutation artistique’ ?(suite…)

10/07/2015 |

Interview de l’artiste peintre Josephine DIONISOTTI à MONACO

0
josephine-dionisotti-kelexpo-annuaire-monaco-artiste-peintre-13

Pour voir le profil de Josephine DIONISOTTI : Cliquez ici.

 

A quel moment et quelles motivations vous ont conduit à la peinture ?

Concernant la peinture, je n’y suis pas arrivée directement. Jai toujours aimé faire des choses avec mes main, arranger des fleurs, un décors, et puis j’ai commencé vraiment avec des pigments et des couleurs en peignant sur de la porcelaine. j’ai pris quelques cours, et j’ai fini par travailler chez moi. Après un an, j’ai participé à un concours en Suisse et j’ai gagné le prix de l’originalité. Pendant 10 ans, j’ai peint sur de la porcelaine, j’ai beaucoup aimé, mais cela demande beaucoup de minutie et de précision et petit à petit j’en ai eu marre et par un heureux hasard, j’ai rencontré une amie qui peignais sur tableau et voulait tenter la peinture sur porcelaine. Nous avons échangé notre matériel et j’ai commencé comme ça. Les premières années, j’étais autodidacte acharnée, j’étais habitée par la peinture, je découvrais, je partais tous azimut, toutes sortes de techniques, tous les sujets me plaisaient. Et puis un jour, très impliqué dans la peinture, j’ai réalisé que j’avais besoin de soutien, j’ai alors suivi des cours pendant 5 ans à raison de trois fois par semaine. Mon professeur était extraordinaire, il nous laissait beaucoup de liberté. Chacun d’entre nous venait et expliquait ce qu’il allait peindre puis le professeur venait et posait le diagnostique et ses conseils. Les choses étaient expliquées coup par coup et il arrivait un moment , je ne peignais plus. J’allais dans les cours et je regardais ce que chaque élève peignait, je faisais mon diagnostique et j’attendais le professeur; Au lieu de prendre une leçon, j’en prenais 15. C’est la seule école que j’ai fait. Je n’ai pas fait le Louvre ou Versailles…
Il y a 12 ans, je suis arrivée à Monaco. j’ai voulu retrouvé un milieu dans la peinture, j’ai essayé mais mon nouveau professeur m’a dit qu’il ne pouvait plus rien m’apprendre. J’ai donc arrêté et je travaille à nouveau seule ce qui est bien. A mon avis, il y a un temps pour regarder et il y un temps pour faire, par exemple, j’aime beaucoup voir le travail des autres, je suis une spectatrice bienveillante, et je suis souvent épatée face au travail des autres, mais cela peut vous paralyser ou cela peut vous intoxiquer. D’après moi, si vous voulez trouver votre propre originalité, votre propre musique, il faut y aller tout seul. C’est un sport qui se pratique tout seul. C’est aussi pour cela que je suis seule. (suite…)

17/06/2015 |

Interview de Jean Claude FOURNIER , Artiste Peintre à Saint Tropez (VAR)

0
jean-claude-fournier-artiste-peintre-saint-tropez-kelexpo-annuaire-1

 Pour voir la fiche de Jean Claude FOURNIER : Cliquez ici.

 

- A quel moment et quelles motivations vous ont conduit à la peinture .

J’ai un frere plus vieux que moi qui était travailleur et moi , pour ne pas dire plus..DOLENT .
Il a été Champion de France d’Aviron, et moi aux portes de l equipe de France de cyclisme sur piste , mais monsieur Gerardin m’a dit tu ne t entraines pas assez .
Il a fait une ecole d’Electronique avec beaucoup de devoirs et je ne m’y voyais pas du tout , j’étais bon en dessin et j’ai passé les concours de ces Ecoles , j ai été reçu à Estienne et aus Arts Appliques . Je voulais etre decorateur, mais mo pere était mourant et le directeur d ecole a dit a ma mer ..qu’il fasse Estienne , decorateur il y en a 1 sur mille qui réussi .
Donc, j ai fait carrière dans les metiers graphiques, sans penser à l’Art, c’est quand j ai vendu ma propriété de Gassin et tout changer , en particulier, je suis passé a des meubles Design et plutot que d’acheter des tableaux je les ai fabriques .
Mes amis m’ont encouragé .
J’ai ensuite été sélectionné dans les Grandes Biennales et remarqué par Maria Theresa PRestigiacommo
Critique d’Art et Mr Sorriano .
Mon ami Philippe Foré m’a donné quelques conseils en particulier de ne pas faire de figuratif .

-Quel médium utilisez-vous et dans quelle « catégorie » positionnez-vous votre art ? (contemporaine, …)

je ne dirai pas que je fais du contemporain , tout le monde utilise ce terme et le dévoie ;J’ appelle cela Graphic Art, cela correspond a ma formation, et comme cela est tres compliqué et stressant, je me détends avec du plus visuel que j’appelle Modern Art



-Êtes- vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ? (suite…)

25/05/2015 |

Interview de l’artiste peintre Christian VEY dans son atelier à Uzes (Gard)

0
christian-vey-artiste-peintre-kelexpo-annuaire-exposition

Pour voir la fiche de Christian VEY : Cliquez ici.

 

-A quel moment & quelles motivations vous ont conduit à la peinture ?

C’est en 1986 que je découvre l’émotion picturale après quelques années passées comme sportif de haut niveau (équipe de France de Judo). De passage en Bretagne pour une semaine de vacances où il pleuvait tous les jours, je suis rentré dans une Galerie sans aucune motivation sinon de m’abrité. Ce jour là je ne savais pas que quelque chose allait me bouleverser. Un simple paysage Breton, mais il y avait la lumière, la matière etc…N’ayant pas les moyens financiers d’acquérir cette toile je décide à mon tour de peindre en rentrant de vacances. Ce ne fut pas simple…vraiment pas simple…je passais des heures et des heures à travailler pour arriver au résultat escompté. A force on y arrive !

-Quel médium utilisez-vous et dans quelle « catégorie » positionnez-vous votre art ? (contemporaine, …)

Je n’utilise que de la peinture à l’huile(et seulement un couteau pour peindre), j’aime sa consistance, sa lenteur de séchage, son odeur…sa lumière et sa noblesse. De quel coté je me positionne, je n’en sais rien. Ma peinture reste figurative dans le sens où elle représente la plupart du temps des choses réelles. Je n’ai jamais fait d’écoles, j’ai une culture picturale très limitée et j’évite de trop voir les autres peintres contemporains, j’ai trop peur d’être influencé.



-Êtes- vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ?

Je suis un pur autodidacte. Depuis mon plus jeune âge je dessine, c’était mon mode d’expression et mon garde fou. Je m’isolais sur un coin de table et je « gribouillais » Pendant ce temps les heures coulaient et j’etais hors du temps, c’était mon monde imaginaire, ça me faisait du bien et ça n’a pas vraiment changé.



-Votre tendance picturale actuelle est-elle identique à celle de vos débuts ou bien avez vous connu une réelle ‘mutation artistique’ ? (suite…)

18/05/2015 |

Interview d’Anne-Marie IDOUX -AMI- artiste peintre à Nîmes.

0
anne-marie-idoux-ami-annuaire-kelexpo-artiste-peintre-4

Pour voir la fiche d’ Anne Marie IDOUX : Cliquez ici.

-A quel moment & quelles motivations vous ont conduit à la peinture ?
C’est à l’age de 16 ans que je dus m’orienter pour la suite de mes études. Je choisis l’art et en particulier le dessin et la peinture. Je suis issue d’une famille d’artistes . Ma grand mère maternelle était peintre sur porcelaine et toute ma famille peint et sculpte.
-Quel médium utilisez-vous et dans quelle « catégorie » positionnez-vous votre art ? (contemporaine, …)
J’utilise un médium que je fabrique moi-même et qui me sert aussi de glacis pour mes peintures à l’huile.. Ma peinture est abstraite se réfère à l’abstraction lyrique.

-Êtes- vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ?
Apres des études secondaires à Paris , je suis entrée à l’école d’art de la rue Corvisart à Paris
J’ai suivi une formation de dessinatrice et de peintre . J’ai suivi pendant 3 ans les cours de l’école « Art et publicité » à Paris .Apres ma formation je suis entrée dans un atelier professionnel et pratiquais le métier de graphiste publicitaire pendant 4 années chez Pathé cinema.
Pour des raisons familiales j’ai arrêté la pratique artistique et me suis consacrée à d’autres recherches .C’est en1988 que j’ai repris les pinceaux professionnellement jusqu’à ce jour.



-Votre tendance picturale actuelle est-elle identique à celle de vos débuts ou bien avez vous connu une réelle ‘mutation artistique’ ?
Ma tendance picturale aujourd’hui n’a plus rien à voir avec celle de mes débuts. Ma peinture était plutôt figurative et très inspirée des impressionnistes, mon professeur était un élève d’André Loth lui même élève de Cézanne.
J’ai vécu une totale mutation picturale en 2000 . Je suis passée à l’abstrait .J’ai réalisé un véritable saut dans le vide, ce qui n’a pas été sans complications . J’ai changé de collectionneurs , ma peinture plaisait ,mais pas aux mêmes personnes et je vendis beaucoup moins .Cela ne m’a pas découragée j’ai travaillé sans relâche et suis parvenue a exprimer enfin ce que je portais depuis toujours en moi .

-Si oui, qu’est ce qui vous a poussé à faire évoluer votre art de telle manière ? (suite…)

21/04/2015 |

Kelexpo vous présente l’interview de l’artiste verrier Delland Glass à Carnoux

0
IMG_5460

Pour voir la fiche de DELLAND GLASS : Cliquez ici

A quel moment vous êtes vous découvert un goût pour les arts verriers ?
C’est dans les années 2005, à l’occasion d’une rencontre artistique sur un salon d’art, que j’ai pris conscience de mon goût pour les arts verriers et que j’ai progressivement repensé ma trajectoire professionnelle.
Il s’agissait d’un moment particulier : la rencontre d’un maître verrier passionnant (Y. TRUCCHI) qui présentait une magnifique vue sous-marine d’un banc de poissons sous la forme d’une vague déferlante en verre très épais entièrement gravé, peint et sablé… Je me suis alors imaginé moi aussi travaillant ce noble matériau avec toute mon âme… C’était mon premier appel, ma première tentation pour embrasser une vie artistique totalement nouvelle.
Même si j’avais déjà travaillé 20 ans dans les arts graphiques jusqu’alors, rien ne me prédestinait à passer de la feuille de papier à la feuille de verre… C’est en 2009 que je suis passé à l’acte en partant à la recherche d’un apprentissage. J’ai alors fait la rencontré d’un autre maître verrier (G. SALA) qui m’a initié au monde du vitrail et du verre fusionné à l’occasion de plusieurs stages très pédagogiques et d’une très grande richesse humaine. Depuis l’amateur que j’étais, écrit son parcours professionnel et son cheminement artistique. (suite…)

20/04/2015 |

Interview Artiste Peintre Renée BOUCHEZ – ERLOCE -

0
renee-bouchez-erloce-artiste-peintre-gard-kelexpo-annuaire-1

Pour voir la fiche d’ERLOCE : Cliquez ici.

-A quel moment & quelles motivations vous ont conduit à la peinture ?
Depuis toujours l’envie de peindre m’habite
-Quel médium utilisez-vous et dans quelle « catégorie » positionnez-vous votre art ?
Huile et acrylique correspondent bien a mon expression contemporaine
-Êtes- vous autodidacte ou avez-vous suivi une formation ?
J’ai suivi des formations chez des artistes peintres locaux.
J’ai suivi des cours aux Beaux Arts de Valence
-Votre tendance picturale actuelle est-elle identique à celle de vos débuts ou bien avez vous connu une réelle ‘mutation artistique’ ? (suite…)

20/04/2015 |